Le choc culturel

Le choc culturel est déclenché par l’anxiété provoquée par la perte de tous nos repères et symboles familiers dans l’interaction sociale. Ceux-ci se composent des multiples façons que nous avons de nous orienter dans la sphère des contacts quotidiens : quand serrer la main et quoi dire lors d’une rencontre, quand et comment donner des pourboires, (…) comment faire des courses, quand accepter ou refuser les invitations, quand prendre ou non les gens au sérieux.

Ces repères et symboles qui peuvent être des mots, des gestes, des mimiques, des coutumes ou des normes, sont acquis par chacun en grandissant et sont partie intégrante de notre culture au même titre que notre langue ou les croyances que nous faisons nôtres. Notre tranquillité d’esprit et notre efficacité dépendent de ces centaines de références dont, pour la plupart, nous ne sommes pas conscients.» 

Il faut insister sur le fait que pour incommode que puisse être le choc culturel, rien de mauvais ne lui est attaché ou à la personne qui le subit.

Il arrive aussi souvent que la plupart des immigrants, en dépit de l’expérience qu’ils en ont eue et des difficultés d’adaptation en découlant, gardent la sensation d’avoir vécu quelque chose de gratifiant et de positif. Certains pourront même affirmer que les échanges les plus profitables ne se produisent qu’en cas de choc culturel fortement ressenti.

Il ne s’agit pas de chercher à éviter le choc culturel. Il s’agit bien au contraire d’un malaise nécessaire qu’il faut surmonter pour savourer pleinement les riches et multiples plaisirs de toute expérience interculturelle.

Share